Rêve de Bergers

« C’est une montagne
faite pour le ski ! »

Les Arcs, 35 000 lits, un peu plus de quarante ans d’existence, l’un des dix plus grands domaines skiables français, site emblématique de la période de l’aménagement de la montagne dans les années 60. Comment naît une telle station de sports d’hiver et d’été ? Claudie Blanc-Eberhart, fille de Robert Blanc, moniteur et guide haute-montagne, fondateur très populaire de la station, raconte cette aventure extraordinaire dans ‘Rêve de bergers’. Et retrouve incidemment « la trace vivante de son père disparu » il y a trente ans, dans une avalanche. Epique, romanesque, parfois tragique, ce récit appelle également d’autres questions, actuelles, sur les nouveaux enjeux du tourisme en montagne.

Robert Blanc et ses frères dans l’aventure de la création des Arcs

Robert Blanc, moniteur, guide de haute-montagne à l’éternel sourire, décédé dans une avalanche le 4 février 1980, s’était choisi un destin : créer une station de sports d’hiver et d’été. Cette station, c’est Les Arcs. Emblématique d’une époque de l’aménagement de la montagne française. A l’origine de cette aventure humaine extraordinaire : un rêve d’enfant.

Il était une fois cinq bergers élevés dans la Montagne de l’Arc, en Savoie, alpage d’altitude situé entre 2000 et 3000 m. Robert Blanc et ses quatre frères rêvent dès leur plus jeune âge de voir un jour une station et son domaine skiable dans ce site sauvage de 4 000 hectares.

A la fin des années 50, le projet prend corps dans un contexte local d’incertitude et d’opportunité : alors qu’une crise sévit en Haute-Tarentaise après l’achèvement du barrage de Tignes, les sports d’hiver prennent leur essor. L’ère de l’or blanc s’ouvre, tandis que le Plan neige décidé par l’Etat impose un cadre de développement aux communes et aménageurs.

Au début des années 60, Robert Blanc, personnalité rayonnante, rencontre Roger Godino à Courchevel, Savoyard au brillant parcours de polytechnicien et étudiant à Harvard, séduit par son projet de station. Une rencontre décisive pour un projet ambitieux qu’Emile Allais, pionnier du ski français, alors membre de la Commission nationale de la montagne, approuve et encourage.

Malgré les multiples difficultés qu’une telle entreprise va inévitablement soulever – expropriations, financements, oppositions…-, Les Arcs verront le jour à Noël 1968.

En moins de cinquante ans, « tout a changé là-haut ! »

En 2010, les Arcs comptent 35 000 lits touristiques et font partie des dix premières stations françaises en termes de fréquentation et chiffre d’affaires.

Plus qu’une aventure, c’est une saga épique, romanesque, parfois tragique dans laquelle le lecteur est entraîné ; il sera aussi confronté aux questions sensibles du tourisme durable en montagne. Car la phase de création des pionniers révolue, vient le temps de la gestion pour les nouvelles générations.

couv Robert journaliste Rêve de Bergers
Claudie Blanc-Eberhart
Préface Guy Rey-Millet, architecte de l’Atelier d’Architecture en Montagne, parmi les fondateurs des Arcs

 300 pages, 40 pages de photos

Prix : 20 €

 

Editions Edelweiss – Bon de commande

Tel. + 33 (0)4 79 07 05 33 – Edelweiss2@wanadoo.fr

Pour toute commande directe auprès de l’éditeur, compter 8 € de frais de port supplémentaires